ISSN 0989-1617

LETTRE DE LA SFM

LETTRE N 16

 

 

Membre de la SFM, pourquoi?

 

 

 

Un peu d'histoire

 

A leur début, les Sociétés Savantes, et notamment celles du domaine de la Mécanique, étaient des associations d'anciens élèves d'une Grande Ecole d'Ingénieur, qui, une fois diplômés, recherchaient encore le contact avec leurs camarades de promotion ou leurs anciens.

 

On peut citer comme exemple l'association très florissante des Ingénieurs Civils de France, qui, en fait, était l'association des anciens élèves de l'Ecole Centrale des Arts et Manufactures. Ses filiales la représentaient dans le monde entier. Elle s'est prolongée pendant quelques années sous le nom de ISF, Ingénieurs et Scientifiques de France, avant d'être incorporée dans un groupement plus vaste à vision européenne, le CNISF,Conseil National des Ingénieurs et Scientifiques de France, créé pour défendre les intérêts des Ingénieurs Français face à l'ouverture prochaine des frontières de la communauté Européenne.

 

Il existe d'autres associations d'anciens élèves :

 

le GAMI, Groupement pour l'Avancement de la Mécanique Industrielle, qui se taille une place enviable au milieu des Sociétés Savante,

 

ou l'ATMA, Association Technique Maritime et Aéronautique, qui constituée initialement par les anciens élèves de l'Ecole du Génie Maritime a davantage de difficultés pour assurer son recrutement, maintenant que les Ecoles d'Application de Polytechnique ont toutes fusionné dans le cadre de l'Armement.

 

Un cas particulier intéressant est celui de l'AUM, Association Universitaire de Mécanique, qui regroupe les Professeurs et Chercheurs Mécaniciens de haut niveau de l'Université. Elle continue à maintenir l'esprit d'entraide que dispensaient les Sociétés Savantes à leurs membres.

 

En effet, c'était bien cela le but premier des Sociétés Savantes. Les Conférences et les Revues Scientifiques et Techniques étaient les seuls moyens de connaissance des derniers développements de l'art. A une époque où la photocopie n'existait pas encore, l'assistance aux Congrès, l'abonnement aux Revues constituaient pour l'Ingénieur un atout sérieux.

 

Il n' y avait pas non plus de télévision et les Ingénieurs n'avaient comme seules ouvertures vers le monde extérieur que les Conférences et Rapports de voyage que les membres de l'association ne manquaient pas de leur prodiguer.C'est également dans le cadre de leurs Associations qu'ils avaient la possibilité de rencontrer les Collègues à qui confier leurs soucis et leurs problèmes, afin de recevoir des conseils pour résoudre les problèmes auxquels ils étaient confrontés.

 

Ainsi pendant cinquante ou cent ans un grand nombre de Sociétés Savantes Mécaniciennes ont vu le jour et ont joui d'une réputation prestigieuse qu'elles arrivaient à maintenir malgré les difficultés rencontrées.

 

La SFM, Société Française des Mécaniciens, n'a jamais été une Association d'anciens élèves d'une grande Ecole d'Ingénieur. Elle a été dirigée par des Ingénieurs de très haute qualification Scientifique , Technique et Professionnelle. Les Membres de la Société ont toujours été cooptés sur la base de ces critères et c'est par la qualité et la diversité de ses prestations qu'elle a assuré son succès pendant des décennies.

 

 

... et à l'étranger?

 

Dans les autres pays industrialisés la situation est très différente du fait que les Ingénieurs formés par l'Université n'ont pas en fin d'étude le diplôme leur permettant d'exercer leur métier. Ce sont les Sociétés Savantes qui, aux Etats-Unis comme en Grande Bretagne, font d'eux des Ingénieurs Diplômés.

 

Aux Etats Unis, l'ASME, American Society of Mechanical Engineers, certifie la valeur professionnelle des membres qu'elle coopte, sur recommandation des anciens, et après qu'ils aient fait preuve de leur capacité professionnelle.

 

En Grande Bretagne, l'IMchE, Institution of Mechanical Engineers, est la seule entité habilitée à donner le titre envié de Professional Engineer permettant l'exercice de la fonction.

 

On comprend alors tout l'intérêt sinon la nécessité pour un ingénieur d'adhérer à une telle Association analogue, en quelque sorte, aux Corporations abolies en France sous la Révolution.

 

 

Etre membre de la SFM, pourquoi faire?

 

La situation professionnelle en France a considérablement évolué au cours des 20 ou 30 dernières années. Il n'est plus du tout nécessaire d'avoir son propre exemplaire d'une revue technique ou d'assister à des conférences dont les Actes seront publiés, puisqu'il est possible d'y avoir accès par une photocopie, ce qui n'est pas légale mais tolérée.

 

La télévision apporte à domicile des informations scientifiques et techniques qui remplacent les conférences de vulgarisation auxquelles l'Ingénieur se rendait.

 

Et pourtant, les Sociétés savantes trouvent toujours des adhérents, même si leur nombre n'est pas aussi élevé que dans le temps jadis.

 

L'explication se trouve dans la spécificité de ces Sociétés et le besoin de chacun de faire partie d'une communauté dont il partage les préoccupations.

 

La diversité des Manifestations Scientifiques et Techniques organisées par la SFM

 

Turbomachines, Bruit et Vibrations,Matériaux nouveaux

Validation de Progiciels, Calcul de Structures

Systèmes de régulation, Robotique, Intelligence artificielle

Normalisation, Controle de la Production,Fiabilité et Intégrité

 

apporte à chaque Mécanicien, un jour ou l'autre, des renseignements complémentaires ou un point de vue nouveau sur ses problèmes professionnels. Une autre fois ces Conférences lui feront connaître des techniques différentes pour enrichir ses connaissances et les utiliser avec profit.

 

La possibilité de rencontrer au cours des Cycles de Conférences ou au sein des Commissions Techniques

 

Fiabilité Technique des Structures Mécaniques

Validation des Progiciels de calcul des Structures

Bruit des Structures Mécaniques Vibrantes

 

d'autres Ingénieurs de la même Profession ou de Professions voisines, avec qui échanger sa propre expérience, constitue également un atout majeur pour l'auditeur.

 

Il est clair que la Revue Française de Mécanique et l'accès aux salles de Conférences n'est pas l'apanage des Membres de la Société, mais la sensation d'être chez soi, de participer de façon même minime à la vie de la Société, d'encourager son existence et ses travaux restent encore maintenant le privilège de ceux qui sont Membres de la SFM.

 

octobre 1991 le Délégué Général

Journées Techniques et Scientifiques

organisées ou en cours d'organisation pour 1991-1992

 

Impact de l'expérience sur les calculs des structures

Auditorium de la Maison de la Mécanique 26 et 27 Novembre 1991

 

Les extraordinaires progrès effectués par les ordinateurs, les logiciels, les langages et la programmation permettent actuellement aux ingénieurs concepteurs et constructeurs de prévoir en détail les efforts agissant sur les divers éléments de structures, même très complexes et dans le cas de charges physiques les plus variées faisant intervenir les éléments perturbateurs tels que les effets thermiques ou dynamiques.Il reste maintenant à vérifier si les schémas établis par les Mécaniciens rendent bien compte des phénomènes réels et c'est ce retour aux sources qui est à la base de ce cycle de conférences.

_________

 

Le calcul des structures : encore une spécialité?

le 27 Novembre 1991 Salle de Conférences de la Société NEYRPIC

75,rue du Général Mangin GRENOBLE

 

A l'heure où la multiplication de l'offre en progiciels clés en mains met le Calcul des Structures à la portée de toutes les Entreprises, celles-ci réfléchissent à la meilleure intégration de cet atout technique dans leur démarche CAO et à l'aspect des coûts de conception.Quelle est aujourd'hui la place et quel est le rôle du spécialiste? Quelle part réserver aux développements applicatifs spécifiques face à l'utilisation des produits standards du marché?

 

_________

 

Recherches soutenues par le MRT dans le domaine de la Mécanique

COLLOQUE- BILAN 1991

Ministère de la Recherche et de la Technologie 16 et 17 Décembre 1991

Le Colloque-Bilan des programmes et actions soutenus par le M R T dans le secteur de la Mécanique de 1985 à 1991, porte notamment sur les thèmes suivants:Conception des systèmes et calcul des structuresMécanique des fluides, écoulements diphasiques Dynamique, vibrations, bruits, pilotage des systèmes Emploi des lasers de puissance Optomécatronique Machines et systèmes Traitement de surfaces Micromécanique et Nanotechnologie

 

_________

 

Progrès récents des méthodes de surveillance acoustiques et vibratoires

CETIM - Senlis - 27 et 28 Octobre 1992

 

Devant le succès rencontré par les Journées d'EtudeSurveillance Continue et Contrôle Industriel en Production Mécanique (méthodes optiques) organisées par la SFM, le CETIM et la Revue Pratique de Contrôle Industriel en décembre 1990, nous vous proposons de participer à une nouvelle manifestation centrée sur les Méthodes Acoustiques et Vibratoires.Les thèmes retenus sont notamment: - Méthodes et outils - Techniques de diagnostic - Problèmes de détection et leur traitement- Moyens opérationnels de surveillance - Retour d'expérience

_________

 

Progrès récents dans l'Aérodynamique des compresseurs et turbines

Auditorium de la Maison de la Mécanique 24 et 25 Novembre 1992

 

Présentation de l'état de l'art dans le domaine très important des calculs aérodynamiques des turbomachines

 

_________

 

Autres Conférences prévues pour 1992 ou 1993

 

Isolation vibratoire

Nocivité des défauts

Micromécanique

Analyse modale des structures mécaniques

 

Le Secrétariat de la SFM reçoit dès à présent toute proposition de communication

pour les congrès organisés en 1992